Visite – L’architecture monastique

Les bâtiments conventuels (XVIIe siècle)


Aile sud du cloître

Le cellier (ou la cave)

Situé sous le réfectoire, le cellier permettait d’entreposer et de conserver les victuailles, aujourd’hui transformé en salle d’étude.

Le réfectoire

Les religieuses prenaient leur repas dans un silence que seule venait interrompre la lecture à voix haute de la Règle de saint Augustin, effectuée depuis la chaire de lecture située au centre du réfectoire. Celui-ci est réservé désormais aux percussions.

Le couloir des cellules

Au dédale du manoir Renaissance s’oppose, dans leur strict alignement, la rigueur des cellules, destinées au recueillement, à la prière et au repos, et aujourd’hui requises pour le chant et la musique.

Le chœur haut

La journée des religieuses était rythmée par les offices à l’église qu’elles suivaient derrière une grille en ferronnerie, la grille conventuelle. Le chœur où elles prenaient place était divisé en chœur bas et en chœur haut, destiné le plus souvent aux sœurs âgées, malades, infirmes, ou aux élèves pensionnaires, et désormais transformé en studio de danse.

Aile ouest du cloître

Le noviciat

Le but et la fin principale de l’Ordre des Ursulines étant l’instruction des petites filles, la formation de la religieuse se confondait avec la formation de l’éducatrice, dont le noviciat durait deux ans. C’est dans les locaux du noviciat que s’est installée l’administration de la Scène Nationale Le Carré.

Le comble

L’aile ouest présente une toiture en croupe (à quatre versants) et un comble aménagé. Cette vaste salle est couverte d’une remarquable charpente en chêne entièrement chevillée, et aujourd’hui transformée en studio de répétition

Partagez cette information :